Les Pensées

« Avec nos pensées, nous créons le monde » – Bouddha

Les Chats

Le ronron du chat apaise et diminue le stress

Le Sourire

« Le bonheur arrive à ceux qui rient » – Proverbe japonais



aïe aïe, quand je dis du mal de toi je parle de moi

Dans mon parcours de développement personnel j’ai eu deux moments vraiment difficiles : le premier quand j’ai «appris» que j’étais responsable ma vie (au lieu de me poser en victime)  et la seconde quand j’ai découvert que tout ce que je voyais chez les autres était en réalité des traits de caractères, des facettes que je ne voulais pas voir en moi.


Mes amis, quel choc ! à peine remis du premier voilà que quelqu’un avait le culot de me dire que lorsque je traitais quelqu’un d’arrogant ou de menteur je parlais de moi. Comment était-ce possible ? Ma psy ne manquait vraiment pas d’air vraiment ?

Aïe aïe,  quand je dis du mal de toi …  je parle de moi

Dans cet article vous allez découvrir les raisons d’une grande source de stress pour la plupart d’entre vous, 

Nous avons tellement peur de montrer que nous somme vulnérables, faibles et avec des défauts, 

Nous avons tellement peur que les autres découvrent nos travers,  que nous déployons des trésors de ruses et de stratagèmes  juste pour que les AUTRES ne découvrent pas que nous NE SOMMES PAS PARFAITS….

Bonjour le stress et souvent la maladie … pourtant il existe un moyen simple de vous connaître ou plutôt de vous reconnaître et d’éviter tout ce stress inutile car finalement

Plus vous vous accepterez avec vos faiblesses plus serez forts (oui, oui, vous allez voir pourquoi tout de suite)et surtout plus vous VIVREZ EN HARMONIE AVEC VOUS ET AVEC LES AUTRES

COMMENT JE DÉCOUVRE QUE JE SUIS PAS AUSSI PARFAITE QUE JE LE PENSAIS ET QUE JE VIS AVEC UNE OMBRE (Vous parlez d’un truc vivre avec une OMBRE)

l'OMBRE
l’OMBRE

L’OMBRE

« Nous nous rencontrons maintes et maintes fois sous mille déguisements sur les chemins de la vie »  Carl Gustav Jung

C’est JUNG qui le premier a avancé le concept de l’OMBRE pour désigner toutes ces facettes ou traits de notre personnalité refoulées, niées, rejetées ou ignorées.

Pour vous la faire courte c’est tout ce que vous voyez chez le copain et que vous n’aimez pas, tout ce qui vous irrite, que vous n’admettez pas, les jugements que vous portez, ce qui vous énerve, TOUT ABSOLUMENT TOUT ÇA VOUS APPARTIENT

Zut ! zut ! franchement. .. Alors quand je traite quelqu’un de menteur ça veut dire que je suis une menteuse ?

Comment est-ce possible moi si franche, si carrée  Seigneur! là Fabienne (ma psy) , je ne suis pas du tout d’accord avec vous.

Tout le monde vous dira que je suis la franchise personnifiée (bon même un peu trop parfois) je n’aime pas le mensonge et je dis toujours ce que j’ai à dire et ce que je pense…

Toujours ?

Bon, n’exagérons pas, il y a des fois ou ce n’est pas vraiment un mensonge mais je ne dis pas toujours complètement la vérité non plus mais ce n’est pas vraiment mentir

Quand je ne veux pas aller quelque part par exemple,  je peux dire que je suis fatiguée, ce n’est pas vraiment un mensonge …

C’est un mensonge ou pas…

Oui mais, bon d’accord …  mais c’est un petit mensonge moi je veux dire que pour les gros mensonges…

Bon il vous arrive de mentir parfois  oui ou non ?

Oui mais ..

Bon vous l’avez compris, je n’étais ni convaincue, ni franchement contente de payer pour m’entendre dire que finalement tous les travers des copains, tout ce que je détestais chez les autres m’appartenait …  il y a de quoi vous mettre le moral en l’air non ?

Donc, si je suis votre raisonnement F. à chaque fois que je dis du mal/critique/porte un jugement sur Pierre ou Paul en réalité je parle de moi

EXACT

Dur dur à entendre, donc quand je traite S. d’arrogant, c’est parce que je suis arrogante aussi

EXACT

Bigre, ça ne me plaît pas du tout cette théorie, j’aime beaucoup C.G. JUNG mais là à mon avis ça,  je n’y crois pas 

 

QUAND LES CHOSES S’AMÉLIORENT (UN PEU)

mensonge ou pas
mensonge ou pas

Oui mais l’Ombre ce n’est pas seulement ce qui est négatif, il y a aussi toutes ces capacités ou qualités que vous reconnaissez chez les autres mais pas chez vous

Là Fabienne c’est plus sympa mais franchement quand je vois M. super affectueuse et tendre ce n’est pas du tout moi, je suis plutôt du genre bourrue et peu démonstrative

C’est parce que vous ne reconnaissez pas votre partie affectueuse et tendre mais si vous la voyez chez M. c’est que vous avez cette qualité aussi

C’est ce que vous appelez des projections

EXACT, nous projetons notre Ombre sur autrui, c’est lui le coupable, celui qui a tort, qui fait mal ceci ou cela …. mais c’est aussi comme nous venons de le voir celui qui a ce petit quelque chose que nous admirons , envions ou souhaiterions avoir

Donc, si je comprends bien c’est en critiquant ou admirant l’AUTRE (qui nous sert de MIROIR) que nous aurons une chance d’accepter et de nous réconcilier avec cette autre partie de notre MOI et finalement de nous accepter INCONDITIONNELLEMENT. Vous parlez d’un boulot, maintenant à chaque fois que je vais critiquer quelqu’un je vais me dire : »tais-toi Sylviane, tu parles de toi »  

EXACTEMENT  

Beaucoup d’années ont passé depuis cette séance mais la leçon a porté car très critiqueuse (du fait de mon manque de confiance en moi) j’ai appris à dire à chaque fois que la langue fourchue …  fourchait :« STOP JUNG, TU PARLES DE TOI »  c’est devenu un automatisme et aujourd’hui il est assez rare que j’attrape Jung en train de fourcher …

COMMENT SE RÉAPPROPRIER VOTRE OMBRE

C’est le moment où jamais de faire l’exercice de la semaine passée avec votre alter ego

Sylviane : Bon Jung quand es tu arrogante ?

Jung : Moi ?  jamais  j’essaie toujours de me mettre à la portée des autres

Sylviane : Jamais ?

Jung : Oui, jamais franchement c’est un trait de caractère que je ne prends pas du tout pour moi … quoique lorsque je suis devant un imbécile (pour être poli) c’est possible que je devienne arrogante, peut-être … peut-être un peu mais juste un peu arrogante …

oui c’est vrai je ne supporte pas la bêtise humaine donc en repensant là à un cas (en moi) je me rends compte que j’ai dû être arrogante, donc c’est vrai je suis parfois un peu arrogante

Important : Les traits de caractère que nous voyons chez les autres peuvent se mesurer ensuite chez nous sur une échelle de 1 à 100 (100 étant le maximum du défaut ou de la qualité)

Par exemple, pour moi, mentir je dirai que ça se situe à 8 ou 10 sur l’échelle pour vous ce sera peut-être 2 et d’autres 50

Le but de l’exercice n’est pas de se raconter des histoires mais tout simplement d’admettre que VOUS AUSSI AVEZ CES TRAVERS, de RECONNAÎTRE CETTE PARTIE DE VOUS

Les reconnaître,  c’est devenir de plus en plus COMPLET, c’est vous accepter dans votre TOTALITÉ

Conclusion : Découvrir son Ombre et se réapproprier les facettes de votre personnalités va vous permettre d’éradiquer vos peurs et surtout celle que vous craignez par-dessus tout : que les autres découvrent que vous n’êtes pas parfaits

C’est un travail ingrat et pas toujours agréable mais c’est l’unique chemin pour réellement marcher sans peur sur le chemin de l’acceptation de soi et avoir une auto-estime au zénith

« Il ne s’agit pas d’atteindre la perfection, mais la totalité.  »  Carl Gustav Jung

Exercices de développement personnel
Exercices de développement personnel

Exercice :

Que critiquez-vous toujours chez vous ?

Qui et quoi critiquez-vous généralement et pourquoi ?

X … parce qu’elle est beaucoup trop autoritaire et son ton de voix est vraiment …

Y … il est bien trop prétentieux, pour qui se prend-il …

Pensez aux personnes qui vous énervent/fâchent/ mettent en colère et aux traits de caractère que vous leur reprochez, écrivez en face de chaque personne ou évènement ce qui vous irrite

 

Vous reprenez point par point en faisant le lien avec votre vie

 

Dans son livre “L’HOMME A LA DÉCOUVERTE DE SON AME”, Carl Gustav JUNG définit l’OMBRE en ces termes :

Le monde de l’OMBRE est la partie inconsciente du Moi, nous n’y distinguons à peu près rien, nous y sommes une énigme pour nous-mêmes … ainsi nous découvrons toujours quelque chose de nouveau en nous-mêmes. Presque chaque année surgit en nous quelque chose que nous n’aurions pas soupçonné auparavant … La personnalité future que nous serons est déjà là mais encore cachée dans l’OMBRE.

Il ajoute ensuite :

”Nous n’aimons pas regarder du côté de l’ OMBRE de nous-mêmes”, nombreux sont les membres de notre société civilisée qui se sont en quelque sorte débarassés de leur OMBRE ; ils sont dès lors comme des êtres à deux dimensions privés de la troisième, l’épaisseur, la corporalité, le corps. Le CORPS est pour nous un ami douteux ; il produit souvent ce que n’aimons pas ; à son égard, nous nous tenons sur nos gardes car il y a trop de choses dans le corps qui ne peuvent être mentionnées. Le corps nous sert souvent, psychologiquement, à personnifier notre OMBRE”.

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin. C.G. JUNG

Je suis contente de vous annoncer que dans quelques semaines paraîtra un e-book gratuit sur l’acceptation de soi (et l’ombre) intitulé :

« COMMENT S’ACCEPTER ET S’AIMER INCONDITIONNELLEMENT »

La semaine prochaine : « Donner et partager c’est bon pour la santé, VRAI OU FAUX »

 

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié ceux-là:

Commandez votre exemplaire MAINTENANT

LivroEm3D

Description de l'auteur

22 Réponses to “aïe aïe, quand je dis du mal de toi je parle de moi”

  1. 27 juin 2013

    zenie Répondre

    Bonjour Sylviane, j’ai trop longtemps joué à être parfaite et au bout d’un moment ce n’est plus vivable.
    En acceptant son ombre, on entre dans une vrai relation à soi et s’occuper de cette relation chaque jour nous fait grandir en paix.

    zenie
    le dernier article de zenie ,Interro surpriseMy Profile

    • 27 juin 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Zénie

      C’est vite ingérable quand on veut toujours se montrer sous notre meilleur jour, parfaites et bonjours les dégâts que ça provoque au plan santé, j’ai fait une dépression nerveuse en 1977 de laquelle j’ai mis du temps pour m’en sortir

      Merci pour ta fidélité

  2. 28 juin 2013

    kat Répondre

    merci beaucoup sylviane pour cet article très éclairant. Je suis enchantée de vos publications qui m’aident énormément. Et elles ont comme magiques car curieusement elles correspondent à chaque fois aux problématiques que je rencontre. vous êtes ma bonne fée !

    • 28 juin 2013

      sylviane Répondre

      Merci pour votre gentil commentaire

      Savoir que mes articles vous aident me fait aussi plaisir car je les pratique tous et certains évidemment plus que d’autres et ils m’ont aidée de passer de stressée chronique à une femme plutôt serine et cool comme disent mes enfants

      Excellent WE et à bientôt j’espère

  3. 29 juin 2013

    Fabrice Répondre

    Bonjour Sylviane,

    A mon avis, beaucoup ne vont pas aimer ton article. Moi non plus d’ailleurs 🙂
    Mais l’histoire de la projection sur l’autre, c’est terrible. Et pourtant, si on savait en tirer partie, on progresserait à pas de géant.

    Quand on est dur avec les autres, c’est qu’on est dur avec soi-même. Et oui, la critique facile vient du manque de confiance. Quelque part nous revalorisons notre égo lorsque nous critiquons.

    Je ne connaissais pas la citation de G.G. Jung :

    « Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin. »

    Mais elle est puissante !
    le dernier article de Fabrice ,Pourquoi le développement personnel ?My Profile

    • 2 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Fabrice
      Oui, je crois que beaucoup ne vont pas aimer l’article c’est plutôt décoiffant mais hélas, tellement vrai

      Grand-père Jung avait raison il disait aussi : « Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité » alors allons-y pour nous rapprocher de notre ombre

  4. Bonjour Sylviane,

    Je suis d’accord avec le fait que l’autre en face de nous est notre miroir et même le miroir de notre ombre (notre ombre étant ce qu’on ne connaît pas de nous).

    Oui, ce sont souvent des qualités ou des défauts que l’on a soi-même lorsqu’on les remarque chez les autres. Mais, il y aussi des défauts que l’on a pas et que l’on ne se «permet pas d’avoir» que l’on remarque chez les autres. J’ai vu ça quelque part.

    On aimerait bien être d’une telle manière et on envie l’autre d’être ainsi. Par exemple : lui ou elle a toujours le dessus du pavé ou aime se faire remarquer! et nous ne sommes pas comme ça. Nous critiquons cette personne parce que nous aimerions, nous aussi, attirer l’attention!

    Parfois, on ne se permet pas d’agir d’une telle manière, alors comment cette personne peut-elle se permettre de faire cette chose et on la critique. Par exemple:

    Je jette mes déchets dans la poubelle parce que c’est le gros bon sens et un minimum pour respecter l’environnement, pourquoi cette personne jette-t-elle ses déchets sur le trottoir? Elle ne respecte pas l’environnement de tous. Si elle veut jeter des déchets par terre, qu’elle le fasse sur son plancher dans sa maison, pas dans un endroit public!

    Est-ce que Carl Gustav parle de ça quelque part?

    Amicalement,

    Sco!
    le dernier article de Sco@routine couple ,7 ans de vie de couple : ça passe ou ça casse!My Profile

    • 2 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Sco!

      Tout à fait c’est que dit Jung aussi, on critique souvent les autres parce qu’on ne se permet pas d’être sur le devant de la scène ou parce que quelqu’un est trop exubérant ou autre chose, toutes les choses qui nous ennuient sont des facettes que nous avons ou que nous ne nous laissons pas le droit d’avoir

      Dès que tu critiques quelqu’un patatras c’est toi dont tu parles , bigre bigre pas très plaisant mais vrai

  5. Entre ombre et lumière, ton article nous éclaire Sylviane !
    Et bienvenue (prochainement) à ton e book sur l’acceptation de soi.
    le dernier article de Jean-Luc (de Moralotop) ,Croyances et croyances limitantes… vous connaissez ?My Profile

    • 2 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Jean-Luc

      Je reconnais bien là ta « marque de fabrique » un brin de dérision + un gros zeste d’humour » vous agitez et vous avez du Moralotop au mieux de sa forme

      Merci pour ton comentaire

    • 2 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Jean-Luc

      Je reconnais bien là ta « marque de fabrique » un brin de dérision + un gros zeste d’humour » vous agitez et vous avez du Moralotop au mieux de sa forme

      Merci pour ton commentaire

  6. 2 juillet 2013

    Jean Répondre

    Bonjour Sylviane,
    Quand tu dis : « Pensez aux personnes qui vous énervent/fâchent/ mettent en colère. », tu conviens avec l’interlocuteur que ces personnes sont responsables de son énervement. Or, il n’y a que l’interlocuteur qui crée son propre énervement ou sa propre colère. Cette dernière est souvent provoquée par un sentiment d’impuissance. Personnellement, j’ai beaucoup appris, étant enfant, des colères de mon père : j’ai remarqué que plus j’étais calme et indifférent, plus sa colère grandissait. Elle était la conséquence du constat de son impuissance à me faire réagir.
    Amicalement.

    • 2 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bojour Jean

      Non, pas du tout l’exercice est pour nous il ne s’agit pas de savoir qu’elle est notre part de responsabilité ou celui de l’autre mais seulement d’arrêter net les ruminations et pensées galopantes négatives.

      Nous apprenons des autres bien sûr mais ce que je dis rejoins ton commentaire tout nous appartient si toi tu es resté calme devant les colères de ton père c’est que tu ne te sentais pas concerné à l’intérieur (bien évidemment tu étais concerné parce que ça se passait dans le foyer) mais tu ne reprenais pas à ton compte la colère qui lui appartenait et même ainsi tu as pu apprendre comme tu le dis à rester impavide et serein

      C’est probablement pour cela que cette colère a été mise sur ton chemin pour apprendre à rester calme et cool

  7. 3 juillet 2013

    Marie Répondre

    Bonjour Sylviane,

    Eh oui,comme toujours, c’est notre ego qui crée tous nos problèmes, qui crée la peur en nous.
    La peur de ne pas être à la hauteur, la peur d’être moins bien, la peur d’être jugé.
    Le seul moyen qu’il trouve c’est la critique des autres, ou de soi d’ailleurs. Se dévaloriser soi-même avant que les autres ne s’en chargent !
    La totalité dont parle C.G. Jung c’est l’unité de tout, qui se découvre
    en plongeant en soi, en effet.
    Notre seule issue c’est de démasquer l’ego, encore et encore.
    Bien se convaincre que l’autre ou soi,c’est pareil.
    D’ailleurs ceux qui te parleront de « croyances »…pourraient à ce sujet lire que la physique quantique démontre elle aussi que toi ou moi, c’est pareil. Pas de séparation.
    Tu fais vraiment oeuvre utile ! Merci.

    Amicalement.
    Marie.
    le dernier article de Marie ,Mastication et ventre platMy Profile

  8. 3 juillet 2013

    sylviane Répondre

    Bonjour Marie

    Oui effectivement je pense parfois à ce lien qui nous unit tous et quand j’ai des velléités de critique je parle immédiatement à Jung (l’alter ego pas grand-père) et là ça me recadre car je sais que ce que je vois chez le voisin (la paille) est peut-être une poutre chez moi

    Comme quoi les Anciens avec leurs dictons, proverbes et phrases du terroir savaient ce qu’ils disaient et en une seule phrase était résumé le problème bien avant Freud

  9. Bonjour Sylviane,
    Eh oui c’est bien vrai… et c’est quelque chose qui n’est pas facile à accepter.
    Se dire que quelque soit la chose qui nous dérange, la source est toujours en nous même. Mais au moins quand on accepte ça, c’est super car du coup on peut tout changer.. en se changeant soi-même 🙂
    Merci pour ces rappels,
    Amicalement,
    Sébastien
    le dernier article de Sebastien – Vers une vie sereine ,Angoisse, dépression … et antidépresseur : témoignage et alternatives naturellesMy Profile

    • 9 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Sébastien

      Effectivement pas toujours facile de se dire : « mais attention là tu accuses l’autre mais tu parles de toi » j’avoue que j’ai mis du temps a faire l’exercice automatiquement mais parfois ça dérape quand même un peu

      Tout ce qui se passe à l’extérieur n’est que la matérialisation de ce qui se passe à l’intérieur de nous, toujours ramener le problème à soi qu’est-ce que je projette là, qu’est-ce qui se passe à l’intérieur ?

      Nous avons parfois tendance à vouloir changer l’autre mais en réalité c’est nous qui devons changer
      le dernier article de sylviane ,L’intuition en vidéo : les messages du corpsMy Profile

  10. 5 juillet 2013

    Jérémie Répondre

    Salut !

    J’étais sceptique au vu du titre de ton article, mais finalement il y a du vrai ^^.

    Merci de partager.

    D’ailleurs, ton nom, c’est une référence à cet auteur ou bien ton vrai nom ? Serais-tu sa descendante 😮 ?

  11. 8 juillet 2013

    charlotte Répondre

    Coucou Sylviane,
    Tu nous met face à notre miroir. Quand tu cherches un coupable, regarde toi dans ta glace. Mal à l’aise évidement Mais en y regardant de plus près, tellement vrai. Notre égo en prend toujours un coup, mais si l’on veut grandir?
    Merci pour ton excellent article
    Belle journée

    Charlotte
    le dernier article de charlotte ,Legumes Frais du jardin! Comment les conserver ?My Profile

    • 9 juillet 2013

      sylviane Répondre

      Bonjour Charlotte,

      Oui, comme tu dis l’ego en prend un coup mais pour grandir spirituellement et psychologiquement il faudra bien que notre petit moi prenne de moins en moins de place et devenir de + en + petit ne lui plait pas toujours et c’est pour cela qu’il lutte raison de plus pour être vigilants
      le dernier article de sylviane ,L’intuition en vidéo : les messages du corpsMy Profile

  12. […] Aïe aïe quand je parle de toi […]

Déposer un commentaire

Votre Adresse Email ne sera pas publiée Le champs est requis *


*

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article