Les Pensées

« Avec nos pensées, nous créons le monde » – Bouddha

Les Chats

Le ronron du chat apaise et diminue le stress

Le Sourire

« Le bonheur arrive à ceux qui rient » – Proverbe japonais



Pessimisme ou optimisme, c’est un choix, VRAI OU FAUX

Pour certains, la bouteille est toujours à moitié vide pour d’autres, les optimistes, elle est à moitié pleine, tout ce la pour dire que la bouteille n’a pas changé entre l’un et l’autre c’est le regard que vous jetterez sur elle qui changera votre état d’esprit. Pourtant être optimiste n’a que des avantages, à commencer par la santé mais j’entends déjà des voix murmurer « avec les attentats, le chômage, les problèmes de santé, comment voulez-vous être optimiste ? Oui, en effet, comment être optimiste ?

Être optimiste protège l’organisme

nous dit Sylvain Michelet, dans son article sur Psychologie.com
De même que nous pouvons nous ruiner la santé en ressassant nos problèmes, nous pouvons la renforcer en recherchant des émotions heureuses. Mais pour engendrer ses bienfaits, la pensée positive exige un travail global sur soi-même.

Qui n’a jamais vécu cette expérience ? Vous vous sentez patraque, et même un peu malade, quand une bonne nouvelle, un heureux événement, vient soudain réveiller toute votre énergie. Vous voilà tout à coup en pleine forme, et vous courez à l’autre bout de la ville retrouver des amis ou vous abattez en une heure le travail d’une journée. Mais d’où vous est venu ce renouveau de dynamisme ? Du simple fait d’éprouver des émotions agréables ? Se pourrait-il, dès lors, que le plaisir, la joie, le bonheur, les pensées positives, soient un facteur de santé physique ?

Pour lire la suite, cliquez sur ce lien bleu

 

Jean-Luc Hudry, lui se demande : Optimiste est-il un mot, l’optimisme a-t-il un sens ?

Il y a des mots qui raisonnent comme des concepts.

De jolies phrases, de belles citations positives, stimulantes sur l’instant, mais qu’en reste-t-il une fois oubliées ou refermées les portes des salles où elles sont prononcées ?

Qu’en reste-t-il lorsque vous êtes confronté(e) aux évènements du quotidien, parfois un peu « hard » ?
Pour lire la suite, cliquez sur ce lien bleu

 

Christophe André lui déclare  dans une interview accordée à l’INREES : « Je suis optimiste par effort »
(…)
Crise économique, chômage, violence, extrémisme, est-ce que tout va si mal ?
C.A : Nos souffrances actuelles ne viennent pas seulement des crises. On ne peut nier qu’il y ait des guerres, d’énormes inégalités sociales, etc., mais cela fut aussi le cas par le passé, le plus souvent en pire. Mais nos ancêtres avaient peut-être moins d’attentes que nous en termes de bien-être, de bonheur et de confort. C’est le gap entre ces attentes qui sont les nôtres et la réalité qui nous inflige une double dose de souffrance (celle issue du réel et celle issue de nos attentes déçues). Je vois toutefois cette aspiration au bien-être qui caractérise notre époque plutôt comme une bonne chose car cela nous pousse à essayer de changer et d’agir.

Quelles sont les racines du désespoir ?
C.A : Elles sont nombreuses. Chez l’homme, le désespoir est accompagné de tout un tas de ruminations, de pensées, et peut se déclencher alors même que des solutions existent dans l’environnement. Ses racines psychologiques se trouvent par exemple dans le sentiment d’impuissance – il n’y a rien à faire face à l’adversité, toute action sera vaine, etc. – né d’expériences de notre passé qui nous ont mis en situation d’impuissance. On a alors intériorisé qu’il est vain d’agir, que cela ne revient qu’à se débattre face à la difficulté. Mais on peut également rencontrer des situations objectivement désespérantes…

Pour lire la suite de l’article, cliquez sur ce lien bleu

Le pessimisme n’est qu’une mauvaise digestion morale : la vie n’est ni bonne, ni mauvaise, elle est ce que nous la faisons – André Theuriet 

Et vous comment réagissez-vous devant l’adversité, la bouteille est à moitié vide ou à moité pleine ?

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié ceux-là:

Commandez votre exemplaire MAINTENANT

LivroEm3D

Description de l'auteur

3 Réponses to “Pessimisme ou optimisme, c’est un choix, VRAI OU FAUX”

  1. 29 août 2015

    Marie-Pierre Répondre

    Bonjour, je fais partie de ces personnalités qui sont stimulées par l’adversité. Pas question de baisser les bras. Par contre, il a fallu que je ‘travaille’ sur moi, car j’avais tendance à pêcher par excès d’optimisme, si bien que je ne mesurais pas toujours convenablement l’ampleur du chantier…
    Un manque de réalisme, un poil (plutôt une grosse dose) de naïveté. Le premier est réparé, quand à la naïveté, j’essaye de me soigner, mais il y a encore du boulot 😉
    le dernier article de Marie-Pierre ,Trois astuces pour retrouver de l’énergieMy Profile

  2. 17 novembre 2015

    Marise Répondre

    Pas facile de se définir tout seul, mais cet article m’aide pas mal pour y parvenir j’ai trouvé des solutions qui me correspondent à moi.

    Marise

  3. 17 novembre 2015

    martin Répondre

    Merci pour cet article

    martin

Déposer un commentaire

Votre Adresse Email ne sera pas publiée Le champs est requis *


*

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article