Les Pensées

« Avec nos pensées, nous créons le monde » – Bouddha

Les Chats

Le ronron du chat apaise et diminue le stress

Le Sourire

« Le bonheur arrive à ceux qui rient » – Proverbe japonais



Rebondir après un chagrin d’amour dévastateur

Aujourd’hui, une interview découverte qui va sûrement vous passionner puisque vous allez entendre parler de chagrin amoureux et de rupture qui laissent la personne A-NE-AN-TIE. Qui n’a jamais connu cette souffrance lève ma main !

Dans cette interview émouvante, Bernadette parle avec son cœur, vous verrez combien cette rupture amoureuse l’a finalement aidée à comprendre le pourquoi du comment de cet anéantissement et comment elle a pu finalement se rendre compte que cette épreuve lui avait été envoyée pour éradiquer les miasmes du passé.

L’amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité – Charles Baudelaire 

QUI EST BERNADETTE GILBERT ?

Naturopathe, ex-enseignante de français, Bernadette a roulé sa bosse puisqu’elle a vécu dans 7 pays et vit aujourd’hui au Canada. Elle a créé un blog CUISINE EN SANTÉ  dans lequel elle nous fait partager ses deux grandes passions : la santé et la gastronomie.

Logo-site-oct-20135

Alors on pourrait raisonnablement penser que ces deux mots sont incompatibles dans la réalité. Eh bien non, au fil des articles vous pourrez lire que vous pouvez vous faire plaisir à votre côté gourmand tout en préservant ce bien précieux qu’est votre santé.

Elle fait aussi une formation sur le sujet et des livres de recettes facile, saines et rapides, mais aussi 

« Au-delà de sa passion pour l’alimentation et la cuisine santé, elle raffole de tout ce qui touche à sa langue maternelle, le français.  Ex-enseignante spécialisée dans la grammaire et la composition et bien qu’ayant rompu avec cette profession, elle n’a pas rompu pas avec son goût des mots et leur vie tant du point de vue de la forme que de celui du fond.

Elle offre un service personnalisé pour les personnes qui désirent ou une correction de leurs écrits, quels qu’ils soient ou la rédaction de leurs idées, de leurs souvenirs, de leur vie… 

Je vous garantis que sa plume est aisée, ses corrections sont infaillibles et ses prix concurrentiels !

Pour tout renseignement, lui écrire à

encrieretporteplume@gmail.com

Si vous arrivez ici pour la première fois, (et au risque de me répéter pour les anciens) je dois vous dire que mes blogs ne sont pas monétisés et les personnes, livres, formations, etc… dont je parle ne me rétribue en aucune façon(ce qui me permet de parler en toute liberté)

PARLONS D’AMOUR MAINTENANT

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » – Alphonse de Lamartine

Quand il y a rupture, vous vous sentez submergé/e par la peine, englouti/e dans un désespoir dont vous pensez ne jamais pouvoir sortir 

Des POURQUOI en pagaille, des SI à profusion et souvent de la culpabilité, des regrets, remords, de toute façon des remises en question souvent ô combien douloureuses !

Mais si cette peine immense et qui vous semble insurmontable était une opportunité  pour guérir de vos blessures du passé ? 

Bernadette parle ici avec son cœur d’un problème universel et sans nul doute que vous serez ému/e par cette interview

Qui jamais ne connut ce qu’est l’amour, n’a jamais pu savoir ce qu’est la peine – Thomas d Angleterre Tristan et Iseult.

 

exercicesAlors, et vous que pensez-vous de cette interview ?

 

Avez-vous déjà vécu un grand chagrin d’amour ?

 

Comment avez-vous réagi ?

 

Pouvez-vous envisager cette rupture différemment maintenant que vous avez vu le témoignage de Bernadette ?

 

 

Sur mon autre blog Les Chemins de l’Intuition : Une interview passionnante de Bob Bellanca :

« Bob dit toute la vérité aux Chemins de l’Intuition« 

La semaine prochaine sur ce blog :

« J’en ai marre des « il faut, je dois » qui me pourrissent la vie « 

Widget250X250

 

 

Si vous avez un projet ou voulez évaluer la faisabilité d’une affaire, d’un projet, d’une entreprise et élaborer les stratégies nécessaires à leur réalisation,

si vous voulez simplement être guidés, cliquez ICI 

 

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié ceux-là:

Commandez votre exemplaire MAINTENANT

LivroEm3D

Description de l'auteur

40 Réponses to “Rebondir après un chagrin d’amour dévastateur”

  1. Bonjour Sylviane,

    Bernadette a rebondit admirablement. Tirer profit de son parcours avec ces périodes douloureuses est un formidable tremplin pour évoluer et reconstruire un avenir en équilibre avec soi de par la compréhension de son fonctionnement.

    Vidéo très riche en idées de compréhension et d’évolution de soi.

    Je comprend très bien ce que Bernadette à traversé pour avoir moi-même vécu une rupture. J’étais complètement perdue avec la sensation d’un vide incommensurable.
    je n’avais pas d’enfants en bas âge, heureusement mais laissée dans une situation financière catastrophique.

    Avec le temps en analysant cette situation, je rejoins Bernadette, je dirais pour faire court qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

    On s’en remet effectivement et l’expérience devient constructive pour soi.

    Hélène
    le dernier article de Helene@Objectif-Reussite ,Aimer inconditionnellement sa personneMy Profile

    • 4 février 2014

      sylviane Répondre

      Bonjour Hélène

      Qui n’a pas vécu de rupture dévastatrice surtout nous les femmes qui souvent nous investissons à fond (perdu)

      C’est un sujet universel et c’est pourquoi l’interview de Bernadette touche autant de gens, son histoire est aussi notre histoire donc l’empathie est profonde et instantanée
      le dernier article de sylviane ,Créez votre propre matériel pour les exercices d’intuitionMy Profile

  2. 31 janvier 2014

    nathalie Répondre

    Je ne vois pas les choses de la même manière, vous dites Bernadette que vous avez été exagèrement « atteinte » par cette rupture après avoir exagèrement attendu quelque chose de cet homme, de votre relation avec lui, pour moi il n’y a rien d’anormal d’exagéré, bien au contraire, il est normal de tomber amoureuse, d’y croire, de prendre des risques, d’espérer et il est normal ensuite d’être anéantie lorsque on se fait quitter ainsi après y avoir cru. Vous avez chercher pourquoi dans ces moments là vous avez été faible, vous avez chercher la faille, sans doute, effectivement votre enfance peut expliquer certaines choses, mais moi je chercherai plutôt à savoir d’où vous vient cette si grande force, celle d’avoir osé tout quitter pour cet homme, pris des risques, et celle d’avoir rebondit aussi vite (le job, la maison, etc…!!!) et entre nous vous n’avez mis que deux ans à vous en remettre, non Bernadette, je ne ne vois pas les choses de la même manière que vous!! en tout cas merci beaucoup de votre témoignage.

  3. 31 janvier 2014

    Bernadette GILBERT Répondre

    Bonjour Nathalie,
    Bien sûr qu’il est normal de tomber amoureux, d’attendre et de s’engager… Ce qui ne me paraissait pas normal, c’est de vivre un tel anéantissement. Chagrin, douleur, manque, oui ! Mais pas l’anéantissement. Pas après juste un an de vie commune….
    Cette grande force, je ne sais pas d’où elle vient. Elle est peut-être simplement alimentée par un réflexe de survie et c’est vrai que j’ai la chance d’en avoir des réserves extraordinaires.
    Mais tout le monde peut augmenter les siennes en reprenant la responsabilité de ce qui nous arrive. C’est très difficile et prend du temps, mais c’est possible ! Regarder tout ce qu’on a (dans mon cas, les enfants, le travail, les amis) et se détourner peu à peu de ce qu’on n’a plus jusqu’à ce que ça devienne ce qui nous a fait grandir…
    A bientôt !
    le dernier article de Bernadette GILBERT ,Bavarois cru mangue et fruits secs (vegan)My Profile

  4. […] “Rebondir après un chagrin d’amour dévastateur“ […]

  5. 2 février 2014

    La Dryada Répondre

    ~ Bonjour Sylviane et Bernadette ~

    Merci de tout Coeur pour ce très beau témoignage , il en fallait du cran pour parler d’un sujet aussi sensible …
    Une rupture amoureuse peut avoir un effet dévastateur … pour l’avoir vécue moi~même …
    Etant poétesse , je peux transposer la douleur dans mes écrits , ce qui est une aide précieuse … Cela s’apparente à un travail sur soi , une sorte de thérapie … Extérioriser ce qui vit en moi …
    Mais je suis entièrement d’accord que d’en parler reste le meilleur moyen de rendre la situation , la peine supportable …

    ~ Une merveilleuse journée à vous deux ~
    ~ Jessica ~
    le dernier article de La Dryada ,~ Dreams of forgotten Tears ~My Profile

    • 3 février 2014

      Bernadette GILBERT Répondre

      Bonjour Jessica,
      Etrange ce monde de la rupture amoureuse. Tout le monde ou presque s’y est retrouvé, s’y trouve ou s’y trouvera un jour. Cela rend cette douleur très palpable et permet une large compréhension des ravages possibles.
      Tu as raison. La poésie est un merveilleux moyen d’extraire cette douleur et de la matérialiser à l’extérieur de soi pour ne plus, peu à peu, la ressentir. Tu as de la chance ! C’est un bel outil.
      A bientôt !
      le dernier article de Bernadette GILBERT ,Pâté chinois revisité… et santé !My Profile

    • 5 février 2014

      sylviane Répondre

      Bonjour Jessica

      Qui n’a pas connu de chagrin d’amour ? Tous heureusement ne nous laissent pas anéantis mais certains laissent des traces indélébiles et ça fait mal encore longtemps, c’est vrai que tu peux transcrire cette douleur dans tes vers, tous les grands poètes ne sont-ils pas célèbres pour la plupart « grâce » à leur douleur du chagrin ?

  6. 3 février 2014

    martin Répondre

    Bonjour Bernadette,

    Tout d’abord merci à Sylviane d’avoir fait cette interwiew.
    Bernadette, je te trouve très courageuse et je suis d’accord avec le commentaire de Nathalie sauf sur un seul point ( les enfants ) ou j’aurais été beaucoup plus frileux avant de les embarquer dans ma décision.
    Pour le reste, je te trouve formidable et très réactive. Je pense, comme tu l’as expliqué, cela vient de ton enfance. Encore une chose, tu dis que pour toi c’est le mois de juin où il se passe quelque chose et tu sais pourquoi. Pour moi c’est le mois de décembre et je ne sais pas pourquoi.
    Bernadette, je n’ai aucun souci « pour ton bonheur ».
    Merci encore, Sylviane.
    Amitiés.
    martin
    le dernier article de martin ,10 vérités de la vie que tout le monde oublieMy Profile

    • 3 février 2014

      Bernadette GILBERT Répondre

      Bonjour Martin,
      C’est vrai qu’il pouvait paraître fou d’embarquer mes enfants dans pareille aventure et pareil déplacement. Mais quand je regarde dans le rétroviseur, je réalise qu’il fallait ce grain de folie pour aboutir à une si belle et si profonde rencontre avec eux. Installée dans ma routine, je ne les voyais pas…
      Quant à ce maudit mois de juin, le fait de l’avoir repéré va me permettre de passer au travers des prochains en identifiant les chocs possibles. Je ne peux que te conseiller de trouver le sens de tes mois de décembre !
      A bientôt !
      le dernier article de Bernadette GILBERT ,Bavarois cru mangue et fruits secs (vegan)My Profile

      • Bonsoir Bernadette,

        « Un grain de folie », j’aime cette expression. Dans les plus grandes décisions de sa vie : oui, il faut être capable d’avoir un grain de folie.

        Dans ce que tu exprime, je me retrouve dans certaines situations vécues dans lesquelles je n’en mesurais nullement la portée et heureusement. La vie est faite de risques…Et suivre son intuition jusqu’au risque de ne pas comprendre tout à fait ce qui nous arrive mais en faisant confiance…C’et payant, un point c’est tout. (je me retrouve dans ce que tu as pu vivre)

        Bravo Bernadette,

        Hélène
        le dernier article de Helene@Objectif-Reussite ,Motivation et persévérance au rayon RéussiteMy Profile

        • 4 février 2014

          Bernadette GILBERT Répondre

          Bonjour Hélène,
          Beaucoup de femmes vont sans doute se retrouver dans une telle histoire. Nous sommes tellement conditionnées par notre biologie d’abord, par notre environnement ensuite, à la rencontre sécurisante et un peu folle qui nous fera monter au 7e ciel…
          Nous faisons donc bien partie du même club !
          A bientôt !
          le dernier article de Bernadette GILBERT ,Des fleurs au cœur de l’hiver et leur hydrolat en cuisineMy Profile

        • 5 février 2014

          sylviane Répondre

          Bonjour Hélène

          La Rochefoucauld (pas très connu pour être un joyeux drille) disait : « qui vit sans folie n’est pas aussi sage qu’il croit » alors vive Bernadette, c’est une sage

    • 5 février 2014

      sylviane Répondre

      Bonjour Martin,

      Je rebondis (c’est le cas de le dire) sur les enfants qui t’auraient laissés frileux. Eh bien, quand mon ex-mari m’a refusé le divorce ou plus exactement en l’acceptant et me disant que je pouvais emmener l’enfant que je voulais (…) je suis restée mais 5 ans plus tard je lui ai dit que je choisissais d’emmener le + petit non pas parce que je le préférais mais parce qu’il était petit

      Même si j’ai eu tout faux à l’arrivée, mon ex m’a laissée partir avec les 2, il a vu que ma décision était inébranlable

  7. bonjour Sylviane et Bernadette
    C’est agréable de mettre une voix sur un gravatar…
    pour moi c’est très clair, lorsqu’on se trouve exagérément
    ensevelie sous des émotions dans une situation qu’un
    adulte pourrait gérer, c’est que nous sommes face à une mémoire, que l’inconscient vient de mêler à la situation présente une situation passée de l’enfance non résolue.
    C’est d’ailleurs ce qui pousse à faire un travail sur soi!
    Heureuses les dévastées en amour car un jour elle se rendront libres de leur enfance 😉
    le dernier article de hannah@technique Tipi ,Ce que vous n’avez jamais lu sur le papillomavirus et le cancer de l’utérusMy Profile

    • 3 février 2014

      Bernadette GILBERT Répondre

      Bonjour Hannah,
      J’adore ta phrase en forme de béatitude !!! Oui, nous sommes heureuses quand nous identifions nos plaies et ressentis d’enfance et que nous sommes capables de les mettre en lien avec nos espaces souffrants du présent.
      A bientôt !
      le dernier article de Bernadette GILBERT ,Bavarois cru mangue et fruits secs (vegan)My Profile

  8. 3 février 2014

    cécile Répondre

    Et ben, si j’avais pu visionner ce témoignage quand j’avais une vingtaine d’année…moi j’ai fuis la France à cause d’un bobo au coeur. C’est radical aussi…L’important est d’en sortir grandie.
    Chapeau Bernadette
    le dernier article de cécile ,Les hydrolats : les autres petites merveilles de la distillationMy Profile

    • 5 février 2014

      sylviane Répondre

      Bonjour Cécile

      J’espère que tu n’a jamais regretté d’avoir fui

  9. 3 février 2014

    Bernadette GILBERT Répondre

    Bonjour Cécile,
    Comme quoi, la fuite est parfois très salutaire ! Il faut évidemment trouver d’autres moyens de réaction à nos malheurs et c’est sans doute, comme tu le dis bien, la croissance qui se manifeste !
    Merci Cécile et à bientôt !
    le dernier article de Bernadette GILBERT ,Bavarois cru mangue et fruits secs (vegan)My Profile

  10. 4 février 2014

    Amandine Répondre

    Cette histoire est très touchante!
    Merci du partage
    le dernier article de Amandine ,Découvrez les maisons de retraite sur ce site web.My Profile

  11. 4 février 2014

    Janine CESAIRE Répondre

    Bonjour Sylviane et Bernadette
    Merci pour cette interview
    Moi aussi j’ai longtemps reproduit le même schéma dans ma vie amoureuse : c’est assez difficile à expliquer ; de peur d’être lâchée et donc d’en souffrir ( peur inconsciente ), je m’arrangeais toujours par mon comportement pour décourager mon partenaire pour que la relation rate et lorsqu’elle prenait fin , j’étais rassurée ; c’était dans l’ordre logique des choses
    Je sais : il faut vraiment être tordue pour raisonner ainsi !!
    Pendant très longtemps j’ai fonctionné ainsi jusqu’au moment où , le mécanisme revenant sans arrêt , je me suis mise à l’analyser ; j’ai compris ce qui se passait ; et puis j’ai fini par rencontrer quelqu’un qui m’a littéralement apprivoisée et qui a su gommer mes doutes et mes peurs mais ça a pris énormément de temps ; il a fallu qu’il me donne vraiment beaucoup de preuves d’amour ; au moindre petit couac , je me remettais à douter
    Cet homme mérite une décoration (! )
    Merci pour ce témoignage Bernadette

    compter du moment où j’ai pris conscience
    le dernier article de Janine CESAIRE ,comment traiter naturellement la bronchite aigueMy Profile

    • 4 février 2014

      Bernadette GILBERT Répondre

      Bonjour Janine,
      Ton ancien fonctionnement n’a rien de fou ! Il est tellement fréquent. Il nous vient de notre saboteur comme l’explique bien Sylviane et il est dû à des peurs d’enfant fondamentales. J’ai fonctionné de la même manière, le fait encore un peu d’ailleurs.
      Quant à cet homme qui a enfin su t’accrocher, le penses-tu masochiste ? Non, sans doute, c’est donc bien qu’il a trouvé la perle qui lui convenait et y reçoit son compte. La décoration vous revient à tous les deux.
      Merci et à bientôt !
      le dernier article de Bernadette GILBERT ,Lait d’amande maisonMy Profile

    • 5 février 2014

      sylviane Répondre

      Je crois ma chère Janine que nous, les femmes, sommes presque toutes dans ce cas-là, nous vivons beaucoup dans l’émotionnel et avons souvent besoin d’être rassurées, faute aux papas qui n’ont pas su le faire et aux millénaires de machisme aigu qui n’ont pas laissé la femme dans une situation confortable, car la femme n’avait pas trop droit au chapitre quelle que soit (à part quelques exceptions)sa condition sociale

  12. Bonjour Bernadette,
    Bonjour Bernadette et Sylviane,

    Quel beau témoignage plein d’enseignement d’amour et de générosité, merci à Sylviane de l’avoir provoqué et à toi Bernadette de t’être dévoilée avec tant de simplicité.

    Bien amicalement,
    Christine
    le dernier article de Christine Votre Efficacite Personnelle ,La visualisation au service de votre mentalMy Profile

  13. 5 février 2014

    Sco@routine couple Répondre

    Bonjour Sylviane et Bernadette,

    Super cette vidéo! Merci pour ce partage. J’ai beaucoup aimé cette entrevue du début à la fin et je suis d’accord avec toi, Bernadette, lorsque tu dis que tu prends la responsabilité de ton histoire à 100% car la contrepartie est le pouvoir de créer ce que tu veux et ce dont tu as besoin.

    Et tu peux dire comme disait Jean Gabin : Maintenant, je sais!

    Merci à vous deux,

    Amicalement,

    Sco! 😉

    P.S. J’admire le courage de ceux et celles qui peuvent vivre dans un pays puis dans un autre. J’ai la racine plutôt profonde…
    le dernier article de Sco@routine couple ,Un couple fait l’un pour l’autreMy Profile

    • 5 février 2014

      Bernadette GILBERT Répondre

      Bonjour Sco!,
      La racine profonde !!! Comme tu as de la chance. J’ai toujours dit que, dans une autre vie, je voudrais naître à un endroit et y mourir… Emigrer à répétition comme je l’ai fait, c’est justement passer son temps à chercher un endroit où planter, implanter ses racines. Je pense que le Québec est le premier où je me sente autant enracinée, même si je reste Française !
      Mais la mission, pour mes enfants, est remplie : ce sont de vrais petits Québécois (enfin, très Français quand même !). Mais leur pays est ici…
      Amicalement !
      le dernier article de Bernadette GILBERT ,Bavarois cru mangue et fruits secs (vegan)My Profile

      • 6 février 2014

        Sco@routine couple Répondre

        C’est une chance oui et non d’avoir la racine profonde!

        Je trouve toujours intéressant d’écouter les histoires des gens qui sont capables de vivre ailleurs qu’à l’endroit où ils sont nés.

        Je trouve ça enrichissant et ça fait des choses à raconter par rapport à ceux qui naissent dans une ville, qui y vivent toute leur vie et qui y meurent.

        Ça «m’impressionne» pas mal moins. Il me semble que dans ces cas-là, ça prend vraiment de l’imagination pour ne pas s’emmitoufler dans une petite vie pépère où chaque jour ressemble au précédent.

        En fait, j’admire aussi ceux et celles qui ont ce genre de vie pépère et qui sont heureux ainsi… Et j’en connais quelques uns. Ça me dépasse quand même pas mal.

        Bref, tant mieux si tu aimes vivre au Québec! J’en connais d’autres comme toi qui se sont installés ici et qui sont heureux, même si l’hiver est souvent froid! Et les hommes ici ne sont pas tous comme le dentiste de ton histoire. Heureusement!

        Amicalement,

        Sco! 😉
        P.S. Le prochain mec qui passera saura sûrement à qui il a affaire!
        le dernier article de Sco@routine couple ,Un couple fait l’un pour l’autreMy Profile

  14. 6 février 2014

    sylviane Répondre

    Bonjour Sco!

    Comme j’ai plusieurs fois changé de maison et ai habité à l’étranger (j’y suis j’espère jusqu’à la fin de ma vie mais sait-on jamais ?) je crois que partir ailleurs peut aussi venir des gènes puisque mon grand-père allemand est parti de chez lui pour s’installer en France, ses enfants (de son premier mariage) sont partis aux US et en Argentine et moi sa petite fille au Portugal, donc c’est une famille « bougeotte » comme je dis, c’est dans les gènes

    Si mes enfants s’étaient mariés avec des chinois ou des japonais je serais auprès d’eux c’est dans les gênes comme je te dis
    le dernier article de sylviane ,Créez votre propre matériel pour les exercices d’intuitionMy Profile

  15. […] profond de ce blog, enfin si je sais mais je ne vous l’ai pas annoncé clairement. Grâce à Bernadette je vais remédier à cette […]

  16. 22 février 2014

    Brigitte Répondre

    « L’estime de soi est TOUJOURS au RV de nos malheurs et de nos peurs ».
    J’ai bien aimé cette phrase de Sylviane. Je crois, en effet que j’ai beaucoup appris de mes douleurs et que j’en sors grandie. Je m’auto-congratule (sans vanité), parfois, en me disant : « tu es une fille bien, courageuse, tu as fait des trucs incroyables, tu peux être fière de toi ! » (on n’est jamais mieux servie que par soi-même !)
    Quand j’avais 25 ans, j’ai fui, sur un coup de tête, un mari trrrrès volage pour partir aux Antilles et ai demandé un divorce qu’il a refusé pdt 5 ans !… Je suis restée 18 ans là-bas. Me suis remariée. Nous avons adopté deux enfants au Brésil (je suis restée seule là-bas pendant 2×2 mois). À la mort de mon mari, j’ai fui « sur un coup de tête » en Polynésie avec eux pour « oublier » et nous couper du monde. L’éloignement me faisait du bien, c’est assez inexplicable d’ailleurs et totalement incompris par mes proches. J’éprouve alors un sentiment de liberté formidable, plus de comptes à rendre à personne, moi face à moi-même et à mes choix. C’est exaltant ! Comme le dit Bernadette, la fuite est parfois salutaire. Pour moi, elle l’a toujours été. J’adore fuir…
    Les études de mes enfants nous ont ramené en France depuis 4 ans. Nous vivons dans le sud, pour le soleil. Mais ils grandissent et j’imagine désormais mon avenir sans eux. Sans doute repartir. Je n’ai pas de racines et je n’en VEUX pas. Mes racines, mon ancrage, ce sont mes enfants, cependant je ne tiens pas à peser sur leur avenir. S’ils le souhaitent, ils ont le droit de vivre ce que j’ai vécu loin de ma propre famille. Alors je dois me trouver de nouveaux objectifs.
    Autant je peux appréhender (craindre) qu’un homme entre dans ma vie et y prenne une place qui empiète sur ma liberté et mon propre arbitre, autant je n’ai pas peur de vivre ailleurs, de déménager, de vivre dans mes valises. D’ailleurs, j’ai commencé à rempaqueter, à revendre, à m’alléger… c’est que le moment approche de reprendre la route, d’aller vers la chaleur et le soleil sans doute ! Je suis un pigeon voyageur…
    Ca rejoint l’article de Sylviane sur le désir de trouver l’âme-soeur. Comment, alors, trouver l’âme-soeur dans ces conditions ?
    Ne peut-on remplir sa vie d’autre chose que d’amour ?
    B.

    • 23 février 2014

      sylviane Répondre

      Bonjour Brigitte

      la vie peut-être remplie par autre chose que l’amour d’un homme et d’une femme, certains font du bénévolat, d’autres se lancent dans des affaires, je crois qu’à partir du moment où nous choisissons un chemin, que ce chemin nous épanoui ou nous rend heureux ma foi alors c’est l’essentiel

      Mais quand quelqu’un série vraiment revivre une histoire d’amour et n’y arrive pas alors il y a un problème et cela peut déboucher sur une grande frustration et même devenir stressant et même parfois angoissant car la solitude fait peur. Cependant si cette solitude est choisie la chose est toute autre, qu’en pensez-vous Brigitte ?

      Fuite ou pas si cela ne vous pose pas de problème de fuir (et apparemment pas) qui sommes-nous pour ne pas trouver ça juste, chacun régit aux douleurs et aux problèmes avec ses outils de survie et ses outils ne sont pas ceux du voisin
      le dernier article de sylviane ,Devenez un crack de l’intuition2My Profile

Déposer un commentaire

Votre Adresse Email ne sera pas publiée Le champs est requis *


*

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article