Les Pensées

« Avec nos pensées, nous créons le monde » – Bouddha

Les Chats

Le ronron du chat apaise et diminue le stress

Le Sourire

« Le bonheur arrive à ceux qui rient » – Proverbe japonais



Sans remords ni regrets

Après ces jours douloureux que nous venons de vivre en France, j’ai pensé aux 17 personnes mortes pendant ces jours de folie que la France vient de connaître,  à eux qui avaient laissé leur familles le matin, pris peut-être le petit déjeuner avec eux en se disant « à ce soir » et n’étaient jamais rentrés chez eux. Tellement de choses qui restaient à se dire, tellement de choses à faire pour « demain ou plus tard » et tellement de regrets chez tous ceux qui sont restés.

Le but de cet article aujourd’hui est de vous faire réfléchir à tout ce que vous remettez aux calendes grecques et qu’il serait peut-être temps de réaliser MAINTENANT?

DEMAIN PEUT-ÊTRE,  MAIS PEUT-ÊTRE …  JAMAIS

ni regrets ni remords
ni regrets ni remords

Mon propos ici n’est pas de polémiquer ou de revenir sur cette douloureuse actualité mais de réfléchir à toutes ces choses que nous laissons en plan pensant les finir ce soir, demain ou pendant le week end et qui finalement ne seront jamais terminées parce qu’entre temps la Grande Faucheuse aura mis un terme définitif à nos projets .

J’ai longuement pensé à tous ces pères de famille qui  sont mort sans peut-être avoir dit à leurs enfants et à leurs femmes qu’ils les aimaient, à toutes ces personnes qui ont quitté leurs vies si brutalement, à toutes ces personnes qui avaient  probablement tout un tas de choses à régler parce que demain, oui demain ils allaient le faire ou peut-être ce prochain week-end ou peut-être aux prochaines vacances.

Et puis ça m’a fait vraiment réfléchir à ma vie, à toutes ce choses que l’on croit si importantes, à un moment donné, qu’on passe à côté de ce qui est vraiment essentiel, on se fâche pour des broutilles , on ne se parle plus pour des trucs dont on ne se souvient même plus quelques jours après l’évènement, à toutes ces choses qu’on aimerait tellement faire oui vraiment même sûrement… mais que finalement on ne fait jamais tant quand peut les faire.

Unknown

ET POURQUOI TOUT ÇA

. parce que vous n’avez pas le temps de prendre des cours de dessin (alors que c’est votre désir le plus cher)  mais vous passez des heures sur Face de Bouc
. parce que non ce n’est pas possible, vous n’avez pas d’argent mais vous dépense souvent des sommes non négligeables dans des bêtises
. parce que vous vous sentez trop âgé pour apprendre danser le tango (alors que c’est votre rêve depuis des lustres) mais en réalité vous avez peur de ne pas être à la hauteur ou même ridicule
. parce qu’il faut montrer que vous devez montrer que vous avez du caractère, mais en réalité vous préférez camper sur vos positions plutôt que de vous abaisser faire le premier pas (j’entends souvent ce mot : S’ABAISSER)
. parce que zut tout de même vous avez raison et bien sûr l’autre à tort alors tout de même
parce que parce que souvent nous sommes de beaux crétins ou crétines (je me mets dans le sac) qui favorisons souvent le paraître au détriment de l’être
. parce que finalement il y a tellement plus de choses plus importantes à faire que de dire à nos proches que nous les aimons : ILS LE SAVENT ALORS POURQUOI LEUR DIRE ? HEIN, POURQUOI LEUR DIRE ?

 

pas de regrets
pas de regrets

ALORS ON PARDONNE OU PAS ? C’EST IMPORTANT OU PAS ?

Cette semaine voyez-vous j’ai été particulièrement blessée par quelqu’un de ma famille, quelqu’un de proche et que j’aime profondément. Pendant 3 jours j’ai fait « la gueule » excusez l’expression alors pour être polie disons que « j’ai fait la tête  » mais franchement c’était plutôt la gueule !
Réponse glaciale et même polaire de ma part, avais-je raison ? ce n’était pas une question de raison mais de ressenti, oui honnêtement je me sentais blessée et ça gargouillait sec du côté de l’estomac, ça ne passait pas.

Et puis ce matin, au réveil, j’ai repensé à toutes ces personnes qui meurent chaque jour alors que rien,  mais vraiment rien ne pouvait prévoir une fin aussi inattendue et parfois tragique et je me suis dit :

« bon Jung (c’est mon alter ego) imagine que tu aies un accident là juste en sortant de chez toi, pffff tu pars de l’Autre Côté,  fâchée avec cette personne que tu aimes tant.
Était-ce finalement si important cette blessure ? Est-ce que dans un an tu t’en souviendras encore ?
Est-ce que ça valait le coup de faire la tête (vous remarquez j’en suis sûr combien mon langage s’est amélioré !!!) ?

ni regrets ni remords
ni regrets ni remords

Alors j’ai pris mon téléphone, ai envoyé un SMS à la personne et je me souviens avoir pensé « c’est l’armistice, on va fumer le calumet de la paix ! »
Alors VOUS, avec combien de personnes pourriez-vous fumer le calumet de la paix ?
. Combien de SMS pourriez-vous envoyez ou de coups de téléphone pourriez-vous donner pour vivre sans regrets ni remords ?
. Depuis combien de temps n’avez-vous pas faire de compliments à votre femme/mari/enfant ?
. Depuis combien de temps n’avez-vous pas pris le temps de leur dire combien vous les aimez ou combien ils comptent pour vous ?
. Depuis combien de temps n’avez-vous pas dit à vos enfants que vous étiez fière(e) d’eux ?
. S’il vous restait 5 minutes de vie que regretteriez-vous de n’avoir pas fait ou dit ?

Qu’est-ce que vous attendez pour faire tout ça ?

 

exercicesUn exercice que je fais souvent faire lors de mes séminaires (je vous préviens, ce n’est pas drôle mais efficace)

Imaginez que vous êtes morts (c’est de l’imagination) qu’est-ce que vous souhaiteriez que vos proches disent de vous ? Honnêtement pourraient-ils dire ça aujourd’hui ?

Que devez-vous changer dans votre vie pour que cela devienne une réalité ? Si par exemple, vous aimeriez que votre famille dise que vous étiez une personne présente mais passez tous vos week-ends au travail, que pouvez-vous changer MAINTENANT ?

Les derniers évènements que nous avons vécus en France prouvent que personne ne sait ce qui peut lui arriver, AVC, infarctus, accident de voiture, tout peut arriver en quelques secondes, tout peut basculer en quelques secondes, alors croyez-moi mieux vaut toujours être prêts à partir dans les meilleures conditions.

Les bouddhistes disent que pour partir en paix nous ne devrions rien laisser à charge pour notre famille (impôts en retard, contraventions, documents en retard, etc…) et surtout, nous ne devrions pas partir sans avoir tout réglé avec nos proches, notre petit sac de rancœurs, rancunes, disputes etc etc, devrait être vide,  tout devrait être réglé pour partir en paix sans regret ni remords.

Un petit exemple personnel :

Dans ma famille, et en particulier mon père, nous n’exposions pas nos sentiments, les « ma fille je t’aime  » n’ont jamais été prononcés par aucun de mes parents. Une autre époque bien sûr. Donc, j’ai continué la tradition et j’avoue que dire à quelqu’un que je l’aime a toujours été pour moi la chose la plus difficile du monde, quasiment impossible d’ailleurs.

Pourtant, lors de mes séminaires il me semble honnête de ne pas pratiquer la politique du : « faites ce que je dis mais pas ce que je fais » donc, je mouille ma chemise comme on dit et lors d’un exercice précisément sur « que feriez-vous s’il ne vous restait que 30 minutes à vivre », je décide d’écrire à mes enfants et de coucher sur le papier des choses jamais dites. C’est l’exercice des lettres (dont j’ai déjà parlé ici) où chacun doit faire une lettre à ses proches pour dire tout ce que nous taisons avec tellement de virtuosité.

Deux lettres envoyées à chacun de mes enfants, deux réactions identiques, les deux en pleurs me demandant si j’avais un cancer et si j’allais mourir. Pour la faire courte, ils étaient si peu habitués à ce que je dise de telles choses qu’ils ne pouvaient entrevoir qu’une issue tragique à ma missive.

Je vous laisse méditer sur mon cas et pour la petite histoire il m’a fallu plus de 3 mois pour les convaincre que non,  je n’avais pas le cancer !

je t'aime
je t’aime

 

Les 5 plus grands regrets des mourants  de  Bronnie Ware,  infirmière australienne qui a passé de nombreuses années à travailler en soins palliatifs.

Cela donne à réfléchir et vous permettra peut-être de recadrer vos priorités et vous aidera je l’espère à changer ce qui peut encore l’être

Le TOP 5 des regrets est le suivant :

1 – J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi.

2 – J’aurais dû travailler moins.

3 – J’aurais aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments.

4 – J’aurais aimé garder le contact avec mes amis.

5 – J’aurais aimé m’accorder un peu plus de bonheur.

(l’article entier – Huffingtonpost.fr http://www.huffingtonpost.fr/elisha-goldstein-phd/les-cinq-plus-grands-regr_b_3938922.html)

AUX AMIS LECTEURS :

Les articles paraitront maintenant tous les 15 jours pour alléger à la fois mon emploi du temps et le vôtre car recevant des centaines de mails par semaine je « zappe » la plupart d’entre eux faute de temps pour les lire ce qui me navre sincèrement car beaucoup sont des plus intéressants mais le temps manquant, ils finissent au panier.

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié ceux-là:

Commandez votre exemplaire MAINTENANT

LivroEm3D

Description de l'auteur

20 Réponses to “Sans remords ni regrets”

  1. 28 janvier 2015

    Marie Répondre

    Bonjour amie Jung,

    Bravo pour cet article de salut public !

    Tu devrais le republier à intervalle régulier, parce que je vois bien autour de moi que l’égo, qui nous empêche de « faire tout ça » comme tu dis, est plus fort que le sens de la vie.
    Un tyran qui rend aveugle à l’essentiel.

    Mon existence m’a montré très tôt, et sans cesse malheureusement, ce sens de l’essentiel. Le décès répété de ceux qui m’étaient le plus proches, si proches que les nommer est même trop violent, m’a donné instinctivement le sens de ce qui est seul important.
    Le malheur permet de demeurer conscient au sens profond.

    Que les gens lisent ton article et y songent vraiment, sans attendre un drame pour changer de comportement.

    Je vais aller dire à Facebook que tu l’as écrit, mais je n’y reste pas longtemps, promis ! Il y a tellement mieux à faire.

    Merci et bises.
    Marie.
    le dernier article de Marie ,Lectines et inflammation chroniqueMy Profile

    • 28 janvier 2015

      sylviane Répondre

      Bonjour Marie,

      J’avais déjà fait un article dans ce goût-là il y a quelques mois mais les derniers évènements m’ont incitée à remettre la gomme, rassure-toi j’y reviendrai dans quelques mois car ce genre d’article + ceux sur la gratitude (tiens ça sera le prochain) sèment de petites graines, du moins je l’espère

      J’ai vécu la même situation que toi car il me semble que la plupart des enfants pensent leurs parents immortels et quand on découvre que non, quel drame donc ne perdons pas de temps comme tu le dis si bien

  2. Bonjour Sylviane,
    Merci pour cet hommage à des personnes qui ne faisaient que leur travail même si chacun à droit de ne pas être d’accord.
    Je ne pense pas que les journalistes et dessinateurs de Charlie aient des regrets car ils n’en ont fait qu’à leur tête et ne remettaient certainement pas à demain. Peut-être des remords mais j’en doute.
    Par contre toutes les autres personnes, là par hasard avaient peut-être des regrets ou des remords mais nous ne le saurons pas.
    Pour ma part je n’ai ni regret, ni remords car j’ai quasiment toujours fait ce que je voulais faire. Même à l’article de la mort (l’an dernier) je n’en avais pas, je savais que je m’en sortirai.
    Bien entendu je n’ai pas fait que des heureux lorsque j’ai décidé de divorcer ou que j’ai voulu déménager mais c’était mon choix et j’ai assumé.
    Ne remettez pas à plus tard ce que vous pouvez faire aujourd’hui, on ne sait pas de quoi sera fait demain.
    Encore merci.
    Belle et douce journée.
    Danièle
    le dernier article de Danièle de Forme et bien-être ,Pourquoi pensez-vous que le yoga n’est pas pour vousMy Profile

    • 29 janvier 2015

      sylviane Répondre

      Bonjour Danièle

      C’est un appel à nous tous pas uniquement à tous ceux qui sont tombés mauvais moment, mauvais endroit car je pense que nous tous remettons souvent à demain, peut-être ce qui finalement est réellement important pour nous

      Après être passée si près du Grand Saut comme toi, je sais que tu sais maintenant ce qui important et ce qui ne l’est pas, la question est : st-ce que tu as eu besoin de ça pour revoir tes priorités ? Peut-être savais-tu déjà ce qui était essentiel pour toi mais la plupart des humains ont besoin de ce genre d’expérience pour le comprendre

  3. Bonjour Sylviane,
    Je vois que tu te mets aussi aux articles tous les
    15 jours, difficile de faire autrement après quelques
    années…
    J’ai fait cet exercice pour mes 50 ans. J’avais réuni ma famille
    et j’ai dit à chacun ce qu’il m’avait apporté et combien il comptait
    pour moi.
    Ce n’était pas un exercice facile car nous ne sommes pas non
    plus une famille à se prendre dans les bras et à se dire je
    t’aime à longueur de journée.
    Je comprends que tes enfants aient paniqué 😉
    le dernier article de hannah@techniqueTipi ,2015 est-il fait pour retrouver la joie de vivre?My Profile

    • 30 janvier 2015

      sylviane Répondre

      Bonjour Hannah

      Oui là 2 blogs, 2 articles/semaine cela devenait impossible à gérer surtout qu’il y a tout le reste à part les blogs d’autant qu’un lecteur m’avait dit qu’il ne pouvait plus tenir la cadence, la décision est venue naturellement

      Oui dire à nos proches qu’on les aime n’est pas vraiment facile pour tous ceux qui n’ont pas été habitué à cela mais je pense à mon gendre qui pourtant élevé plus qu’à la dure (père juge qui juge) le dit avec beaucoup de naturel, caractères différents sûrement.

      Je m’apprête à sauter allègrement le pas en disant à mon petit-fils (qui arrive) que je l’aime je pense que c’est un bon début

  4. 30 janvier 2015

    Bernadette GILBERT Répondre

    Bonjour Sylviane,
    Touchée… et en plein coeur !
    Ce n’est pas courant qu’un article me mette un air en tête, mais je pense que tu devais avoir le même en l’écrivant, non ?
    https://www.youtube.com/watch?v=DgkWgsog6Y4

    Ceci dit, je te partage quelque chose que j’ai vécu en arrivant au Québec. Une coutume, plutôt une habitude, un comportement qui m’a mise très mal à l’aise aux débuts de mes amitiés, mais qui est devenue si naturelle chez moi que je me demande encore pourquoi elle a pu me mettre si mal à l’aise… Vestiges de mon éducation, d’une autre époque aussi, sans doute. Il s’agit de la facilité avec laquelle, dans les milieux québécois où on fait du développement personnel, on peut dire à quelqu’un « je t’aime ».
    J’ai, moi aussi, osé le dire à chacun de mes frères. Silence en retour, mais c’est dit ! Quant à ma mère, à qui je le redis souvent, elle a pris le pli de me dire la même chose alors que je ne l’ai jamais entendu de toute mon enfance, du moins pas de cette manière.
    Mes enfants sont habitués, eux, à ce que nous nous le disions. Mais je veille toujours à ce que ce soit en conscience.
    Voilà ! c’était juste pour partager quelque chose de beau que j’ai appris à faire, à donner et à recevoir ici, au Québec !
    Merci pour ce moment de plongée dans nos âmes et douces bises…

    • 30 janvier 2015

      sylviane Répondre

      Merci Bernadette pour la chanson de Cabrel considérée aujourd’hui comme l’une des 10 plus belles chansons françaises (à juste titre)

      Pour moi dire comme ça « je t’aime » me coûte encore mais l’écrire c’est bon je n’hésite plus enfin presque plus, l’éducation a la vie dure mais comme je le disais à Hannah, je crois que ce sera beaucoup plus facile avec Ricardo mon petit-fils qui viendra rejoindre sa famille internationale vers le 20 février

      Je vais m’entrainer dare-dare

  5. 30 janvier 2015

    Helene Répondre

    Bonjour Sylviane au grand cœur,

    L’éducation reçue à la peau dure. Mais le miracle de la vie fait son œuvre. Mon bout de chou de petite fille de 27 mois a été un déclencheur pour arriver a exprimer davantage mon affection.Quand vous avez un bout de chou pareil qui vous entoure de ses petits bras, une seule chose à dire et qui coule de source : JE T’AIME !
    Tu vas voir quand tu tiendra à ton tour Ricardo dans tes bras, tu vas fondre 😉 !

    « Je n’ai pas de souvenir heureux à me remémorer » Ceci est une réflexion qu’une de mes sœurs m’a relatée lorsqu’elle s’occupait d’une dame âgée et qui regrettait de s’être laissée enfermer dans un amour malheureux.

    Bel article éveillant les consciences,

    Hélène
    le dernier article de Helene ,La parole : puissant connecteur pour réussir sa vie/2My Profile

    • 9 février 2015

      sylviane Répondre

      Oui comme tu dis Helène l’éducation a la peau dure et difficile de se débarrasser de certaine habitudes bien ancrées mais quand j’ai vu mon petit bout de chou de petit-fils avant-hier j’ai fondu tout comme toi donc je pense que les vieilles habitudes vont se craqueler et qui sait … peut-être disparaitre avec Ricardo

  6. 5 février 2015

    Jean-Luc Répondre

    Bonjour Sylviane,
    Ouf ! A la lecture de ton article et des différents commentaires je me sens soudain un peu moins seul d’avoir organisé ma petite séance de « je t’aime » collectif à l’occasion de mon 50ème anniversaire. Un grand moment de rigolade et de belle émotion avec distribution de kleenex à tout va ! Ton article, une fois encore, tombe à point nommé car j’envisageais récemment de passer la deuxième couche à la fin du mois pour le 60ème ! En 10 ans la première a eu largement le temps de sécher.

    Contrairement à ton expérience personnelle et à celles évoquées plus haut, bien que cette « introversion sentimentale » me prenait la tête depuis un moment, je n’envisageais pas de dramatiser plus que ça le petit exercice de « résilience » destiné à déclamer ouvertement mon amour aux 4 femmes de ma vie : ma femme, mes 2 filles et ma mère.

    En cachette j’ai donc pondu une petite chansonnette en parodiant la chanson « Ma gonzesse » de Renaud qui est tout à fait sur le même registre. Comme en temps normal je cause plutôt la zone que le XVIème je n’avais pas trop l’impression de me travestir en conservant le style Renaud tout en réécrivant intégralement les paroles.

    Et c’est ainsi qu’à l’occasion de la petite fiesta d’anniversaire, sur scène et devant un public d’une centaine d’invités parents et amis tous costumés (dont mes 4 femmes concernées évidemment), en m’accompagnant à la guitare et en puisant un peu de courage dans un verre de sangria j’ai entonné « Mes gonzesses » en les balayant tour à tour du regard. Chacune a eu droit à son petit couplet personnalisé. Même les autres invités, surtout des femmes évidemment en avaient les larmes aux yeux. Snif ! Et voilà ! Quel bonheur et quel soulagement d’avoir osé dire je t’aime de cette manière à chacune de celles que j’aime.

    En revanche dans la vie quotidienne je n’ai rien changé à mes habitudes. Je ne verbalise pas davantage mes sentiments ; comme beaucoup d’autres terriens je les exprime autrement que par des mots, le non verbal étant souvent bien meilleur messager. Et puis si je peux oser cette comparaison hasardeuse : pourquoi s’Echiner à vouloir manger maladroitement du riz avec des baguettes alors qu’on y arrive correctement avec une fourchette ? Mais ce n’est que mon avis.

    A bientôt de te lire

    Amicalement

    Jean-Luc

    • 9 février 2015

      sylviane Répondre

      Toi et moi Jean-Luc sommes encore de la génération où on ne se balançait pas des « je t’aie » à tour de bras, il y avait l’éducation soit mais aussi beaucoup de pudeur donc passer du tout au rien est tout de même un peu perturbant pour les vieux de la vieille que nous sommes (excuse l’expression) mais on se soignent et comme je disais dans le commentaire précédent quand j’ai vu mon petit-fils qui venait juste de naître j’ai su que je pourrai lui dire je t’aime sans complexe.

      Mazette un sacré pas non ?

  7. 8 février 2015

    Christine demulier Répondre

    Bonjour Sylviane,

    Ça fait du bien de lire ton article ! En effet quand on n’a pas eu l’habitude de dire « je t’aime » et même d’avoir des gestes de tendresse en famille, c’est difficile de l’exprimer, de le dire une fois adulte.

    J’ai détourné le problème en intégrant « je t’aime » dans une phrase, du type : « Tu sais que je t’aime toi ! »

    Un conseil quand m’a marqué au fil de mes lectures et démarches en développement personnel est d’accepter les gens que l’on aime parents, frères et soeurs ami(e)s comme ils sont. Par rapport à leurs façons d’exprimer leur attention, leur tendresse aux temps et attention qu’ils peuvent nous accorder.

    Ils font, comme nous, ce qu’ils peuvent en fonction de leurs propres ressentis et c’est toujours leurs propres blessures qu’ils expriment en nous blessant.

    Dès, que j’ai tendance à me « braquer » ou à réagir négativement, j’ai ce conseil qui me revient aussitôt à l’esprit, ça aide à relativiser et surtout à ne pas perdre de temps à faire la « gueule » comme tu dis.:-)

    Sinon, des regrets, je risque d’en avoir, manque de temps, manque de moyens financiers, manque de courage, la liste est longue.

    Mais là aussi, pour moi-même, je m’appliquerai ce conseil, on fait ce qu’on peut dans notre chemin de vie avec son propre bagage qui est parfois lourd à porter.

    En fait la faculté de pardonner, de se pardonner est essentiel. Qu’en penses-tu ?

    Merci pour cet excellent article,
    Bien amicalement,
    Christine
    le dernier article de Christine demulier ,Méditation : pour se libérer du mental et vivre au présentMy Profile

    • 9 février 2015

      sylviane Répondre

      Merci Christine

      Je reprends à mon compte l’expression « tu sais que je t’aime toi » super pour moi et pas trop difficile à intégrer quant au pardon c’est essentiel je ne crois pas sincèrement que l’on puisse avoir la velléité de s’engager sur un chemin spirituel sans cela c’est totalement incompatible

      Quant aux parents, ex et tout le tralala, c’est pardonné et même oublié pour certains comportements blessants de certains (oublié émotionnellement car il y a des blessures qui laissent des cicatrices hélas incurables

  8. 8 février 2015

    Michelle Répondre

    Bonjour Sylviane,

    Encore une fois tu as touché nos coeurs comme tu sais très bien le faire, c’est ta grande expérience qui parle.

    Pour ma part j’ai eu des frissons en lisant ton article, j’ai même eu une larme.

    Je partage ton article avec plaisir

    Amicalement
    Michelle
    le dernier article de Michelle ,Le bien-être par l’aromathérapieMy Profile

    • 9 février 2015

      sylviane Répondre

      Merci Michelle pour tes paroles et le partage de l’article

      Je m’efforce toujours de transmettre mon vécu et c’est en toute honnêteté que c’est fait

  9. 10 février 2015

    Brigitte Répondre

    Bonsoir à tous/toutes,
    Christine dit : « lls font, comme nous, ce qu’ils peuvent en fonction de leurs propres ressentis et c’est toujours leurs propres blessures qu’ils expriment en nous blessant ».
    Et bien entendu, je suis d’accord, cependant, il n’empêche que pardonner n’est pas facile et qu’il faut vraiment prendre du recul pour y parvenir.
    Moi, quand on m’a fait du mal, je tire un trait rouge et indélébile sur le passé. Et le trait devient une frontière infranchissable. Je ne suis pas vraiment rancunière, je souhaite toujours tout le bonheur du monde aux sombres cons qui m’ont parfois blessée, mais je les raye de ma vie. Ils n’existent plus, je les ignore, je ne les vois même plus si je les croise. Pour moi, l’indifférence est encore pire que la rancune car ne plus exister, même dans les yeux de son pire ennemi, n’est pas, à mon sens, une situation enviable.
    Je pardonne, du moins de m’efforce de pardonner, parce que je trouve inconfortable de vivre dans la haine et la colère, mais je n’oublie jamais… même si je pense le moins possible/pas du tout aux incriminés. Que leurs propres blessures s’expriment à travers la méchanceté, je trouve ça triste, pathétique et je me dis toujours que je préfère être à ma place qu’à la leur. En fait, le pardon est une force, je crois. Mais pardonner ne veut pas dire « aimer à nouveau ». C’est juste être en paix avec soi-même, tandis que l’autre, lui, ne l’est sûrement pas.
    Il y a comme ça des personnes toxiques qui ne feront plus jamais partie de ma vie et qui, curieusement, tentent des incursions pour revenir en grâce… Je trouve toujours ça curieux, comme si faire du mal à autrui n’avait à leurs yeux aucune incidence ni aucune importance. Mais c’est mal me connaître, car chat échaudé !….
    Il y a longtemps, depuis que j’ai moi-même des enfants, que j’ai pardonné à mes parents… pour autant que je leur en aie voulu de quelque chose. Ils ont fait de leur mieux, et moi je fais de même !…
    Par contre, dire « je t’aime » à mes enfants, c’est quotidien, parce que c’est vrai, je les aime infiniment. Et eux aussi me le disent, sans complexe ni difficulté. Et puis j’aime mes amies, et je privilégie désormais les relations qui m’enrichissent et m’épanouissent et m’apportent bonheur et sérénité.
    Bref, le temps où je voulais « sauver le monde, ne blesser personne et aider mon prochain » est révolu, je n’ai vraiment plus de temps à consacrer aux imbéciles, même avec plein de blessures !!!!….
    B.

  10. 10 février 2015

    Brigitte Répondre

    Je demande au moins une fois par jour à mon fils (ou ma fille) à brûle-pourpoint : « Est-ce que je t’ai dit que je t’aimais ? »
    Ce à quoi ils répondent invariablement : « oui, il y a 1 mn »
    Je leur dis en plaisantant : « Mais pas du tout, tu te trompes, c’était une question, pas une affirmation ! Je ne suis pas une mère facile, je ne dis pas je t’aime comme ça… »
    Et mon fils de rétorquer : « Ouais… c’est ça…. »
    Donc on peut aussi dire « Je t’aime » sous forme de plaisanterie, pour que ça soit moins gênant, ou moins formel. Après tout, toutes les méthodes sont bonnes !…
    B.

Déposer un commentaire

Votre Adresse Email ne sera pas publiée Le champs est requis *


*

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article